Existe en : Gélule

Glucosamine (N-Acetylglucosamine) en poudre

Prix habituel 47,95€ Soit 799,17€ / Kg
Prix soldé / Kg 47,95€ Prix habituel / Kg 0,00€ Soit 79,92€ / Kg
  • Naturellement présent dans le corps
  • Composant naturelle des articulations
  • Breveté Hyalurogluco™ par KANEKA
En savoir plus
Format
Icon reinsurance

Paiement en 3 fois sans frais

Répartir le coût de votre panier en 3 paiements, rien de plus simple avec Scaleapay ! Disponible sans minimum d'achat.

Icon reinsurance

Livraison gratuite*

*Livraison gratuite en point relais dès 30€ d'achat.

Icon reinsurance

Transparence & Traçabilité

Nutrimuscle met un point d'honneur à choisir des fournisseurs trier sur le volet, vous garantissant des produits 100% purs et une traçabilité complète.

Obtenez 47 points sur ce produit avec le programme de fidélité. Comment en profiter ?

 
Media slide
Media slide
Media slide
Media slide

Focus sur le produit

Focus sur le produit

Déconseillé aux femmes enceintes et allaitantes et aux enfants, aux personnes diabétiques ou pré-diabétiques, asthmatiques ou traitées par anti-vitamine K, aux personnes présentant une allergie alimentaire aux crustacés ou aux insectes, aux personnes dont l’alimentation est contrôlée pour le sodium, le potassium ou le calcium.

Il est préférable de prendre la N-acétylglucosamine au cours des repas (matin, midi ou soir) ou au cours des collations protéinées.

Toutes les études

(1) Kessler M.A. Volume changes in the menisci and articular cartilage of runners : an in vivo investigation based on 3-D magnetic resonance imaging. Am J Sports Med. 2006 May ; 34(5):832-6.
(2) Poolsup N., et al. Glucosamine long-term treatment and the progression of knee osteoarthritis : systematic review of randomized controlled trials. Ann Pharmacother. 2005 Jun ; 39(6):1080-7.
(3) Reginster J.Y. Long-term effects of glucosamine sulphate on osteoarthritis progression : a randomised, placebo-controlled clinical trial. Lancet 2001 Jan 27 ; 357 : 251-56.
(4) Ostojic SM. Glucosamine administration in athletes: effects on recovery of acute knee injury. Res Sports Med. 2007 Apr-Jun;15(2):113-24.
(5) Yoshimura M. Evaluation of the effect of glucosamine administration on biomarkers for cartilage and bone metabolism in soccer players. Int J Mol Med. 2009 Oct;24(4):487-94.
(6) Shmidt EI. [Long-term efficacy and safety of chondroitin sulphate (structum, France) in patients with coxarthrosis]. Ter Arkh. 2007;79(1):65-7.
(7) Vangsness CT Jr. A review of evidence-based medicine for glucosamine and chondroitin sulfate use in knee osteoarthritis. Arthroscopy. 2009 Jan;25(1):86-94.
(8) Bell GA. Use of glucosamine and chondroitin in relation to mortality. Eur J Epidemiol. 2012 Jul 25. [Epub ahead of print]
(9) Brasky TM. Use of glucosamine and chondroitin and lung cancer risk in the VITamins And Lifestyle (VITAL) cohort. Cancer Causes Control. 2011 Sep;22(9):1333-42. Epub 2011 Jun 25.
(10) Zhang YX. Effects of chondroitin sulfate and glucosamine in adult patients with Kaschin-Beck disease. Clin Rheumatol. 2010 Apr;29(4):357-62.
(11) Tat SK. Chondroitin and glucosamine sulfate in combination decrease the pro-resorptive properties of human osteoarthritis subchondral bone osteoblasts: a basic science study. Arthritis Res Ther. 2007;9(6):R117.
(12) Lippiello L. Collagen Synthesis in tenocytes, ligament cells and chondrocytes exposed to a combination of Glucosamine HCl and chondroitin sulfate. Evid Based Complement Alternat Med. 2007 Jun;4(2):219-24.
(13) Calamia V. Pharmacoproteomic study of the effects of chondroitin and glucosamine sulfate on human articular chondrocytes. Arthritis Research & Therapy 2010, 12:R138 ;
(14) Clegg DO.Glucosamine, chondroitin sulfate, and the two in combination for painful knee osteoarthritis. N Engl J Med. 2006 Feb 23;354(8):795-808.
(15) Jerosch J. Effects of Glucosamine and Chondroitin Sulfate on Cartilage Metabolism in OA: Outlook on Other Nutrient Partners Especially Omega-3 Fatty Acids. Int J Rheumatol. 2011; 2011: 969012.
(16) Calamia V. Secretome analysis of chondroitin sulfate-treated chondrocytes reveals its anti-angiogenic, anti-inflammatory and anti-catabolic properties. Arthritis Research & Therapy 2012, 14:R202.
(17) Burton AF. Decreased incorporation of 14C-glucosamine relative to 3H-N-acétyl-glucosamine in the intestinal mucosa of patients with inflammatory bowel disease. Am J Gastroenterol. 1983 Jan;78(1):19-22.
(18) Goodman MJ. Glucosamine synthetase activity of the colonic mucosa in ulcerative colitis and Crohn's disease. Gut, 1977, 18, 219-229
(19) Auricchio S. Mannan and oligomers of N-acetylglucosamine protect intestinal mucosa of celiac patients with active disease from in vitro toxicity of gliadin peptides. Gastroenterology. 1990 Oct;99(4):973-8.
(20) Rhodes JM. Unifying hypothesis for inflammatory bowel disease and associated colon cancer: sticking the pieces together with sugar. Lancet 1996; 347: 40.
(21) Salvatore S. A pilot study of N-acetyl glucosamine, a nutritional substrate for glycosaminoglycan synthesis, in paediatric chronic inflammatory bowel disease. Aliment Pharmacol Ther. 2000 Dec;14(12):1567-79.
(22) Bak YK. Effects of dietary supplementation of glucosamine sulfate on intestinal inflammation in a mouse model of experimental colitis. J Gastroenterol Hepatol. 2014 May;29(5):957-63.
(23) Yomogida S. Glucosamine, a naturally occurring amino monosaccharide, suppresses dextran sulfate sodium-induced colitis in rats. Int J Mol Med. 2008 Sep;22(3):317-23.
(24) Kantor ED. Use of glucosamine and chondroitin supplements and risk of colorectal cancer. Cancer Causes Control. 2013 Jun;24(6):1137-46
(25) Masuda S. Anti-tumor properties of orally administered glucosamine and N-acetyl-D-glucosamine oligomers in a mouse model. Carbohydr Polym. 2014 Oct 13;111:783-7.
(26) Jung CW. Anti-cancer properties of glucosamine-hydrochloride in YD-8 human oral cancer cells: Induction of the caspase-dependent apoptosis and down-regulation of HIF-1?. Toxicol In Vitro. 2012 Feb;26(1):42-50.
(27) Brasky TM. Use of glucosamine and chondroitin and lung cancer risk in the VITamins And Lifestyle (VITAL) cohort. Cancer Causes Control. 2011 Sep;22(9):1333-42.
(1) Uitterlinden EJ. Glucosamine reduces anabolic as well as catabolic processes in bovine chondrocytes cultured in alginate. Osteoarthritis Cartilage. 2007 Nov;15(11):1267-74.
(2) Uitterlinden EJ. Glucosamine decreases expression of anabolic and catabolic genes in human osteoarthritic cartilage explants. Osteoarthritis Cartilage. 2006 Mar;14(3):250-7.
(3) Shikhman A R. Chondroprotective activity of N-acetylglucosamine in rabbits with experimental osteoarthritis. Ann Rheum Dis 2005;64:89-94
(4) GREVENSTEIN J. Cartilage changes in rats induced by papain and the influence of treatment with N-acetylglucosamine. Acta orthopaedica belgica 1991, vol. 57, no2, pp. 157-161
(5) Talent JM. Pilot study of oral polymeric N-acetyl-D-glucosamine as a potential treatment for patients with osteoarthritis. Clin Ther. 1996 Nov-Dec;18(6):1184-90.
(6) Tamai Y. Enhanced healing of cartilaginous injuries by N-acetyl-d-glucosamine and glucuronic acid. Carbohydrate Polymers Volume 54, Issue 2, 1 November 2003, Pages 251–262
(7) Serpi M. Novel phosphoramidate prodrugs of N-acetyl-(D)-glucosamine with antidegenerative activity on bovine and human cartilage explants. J Med Chem. 2012 May 24;55(10):4629-39.
(8) McGuigan C. Phosphate prodrugs derived from N-acetylglucosamine have enhanced chondroprotective activity in explant cultures and represent a new lead in antiosteoarthritis drug discovery. J Med Chem. 2008 Sep 25;51(18):5807-12.
(9) Shikhman AR. N-Acetylglucosamine Prevents IL-1ß-Mediated Activation of Human Chondrocytes. The Journal of Immunology April 15, 2001 vol. 166 no. 8 5155-5160
(10) Setnikar I. Absorption, distribution and excretion of radioactivity after a single IV or oral administration of [14C] to the rat. Pharmatherapeutica (1984)3: 538-550
(11) Shoji A. Metabolic Disposition of [14C] N-Acetylglucosamine in Rats. Chitin and Chitosan Research (1999) 5 (1) : 43 - 42.
(12) Kyoung-Youl L. Subchronic toxicity study of dietary N-acetylglucosamine in F344 rats. Food and Chemical Toxicology Volume 42, Issue 4, April 2004, Pages 687–695
(13) Miwa T. Lack of chronic toxicity or carcinogenicity of dietary N-acetylglucosamine in F344 rats. Food and Chemical Toxicology Volume 47, Issue 2, February 2009, Pages 462–471
(14) Chen JK. N-Acetylglucosamine: Production and Applications. Mar. Drugs 2010, 8(9), 2493-2516
(15) Salvatore S. A pilot study of N-acetyl glucosamine, a nutritional substrate for glycosaminoglycan synthesis, in paediatric chronic inflammatory bowel disease. Alimentary Pharmacology & Therapeutics Volume 14, Issue 12, pages 1567–1579, December 2000
(16) Sayo T. Synergistic Effect of N-Acetylglucosamine and Retinoids on Hyaluronan Production in Huma
(17) Tu CX. Exogenous N-acetylglucosamine increases hyaluronan production in cultured human dermal fibroblasts. ARCHIVES OF DERMATOLOGICAL RESEARCH Volume 301, Number 7 (2009), 549-551.n Keratinocytes. Skin Pharmacol Physiol 2004;17:77–83
(18) CHEN RH. Effect of Different Concentrations of Collagen, Ceramides, N-acetyl glucosamine, or Their Mixture on Enhancing the Proliferation of Keratinocytes, Fibroblasts and the Secretion of Collagen and/or the Expression of mRNA of Type I Collagen. Journal of Food and Drug Analysis, Vol. 16, No. 1, 2008, Pages 66-74
(19) KIKUCHI K. Oral N-acetylglucosamine supplementation improves skin conditions of female volunteers: Clinical evaluation by a microscopic three-dimensional skin surface analyzer Journal of applied cosmetology 2002, vol. 20, no2, pp. 143-152
(20) Reyes E. Developments in photoaging: review of N-acetylglucosamine. Piel. 2011 (in press)
(21) Mammone T. The effect of N-acetyl-glucosamine on stratum corneum desquamation and water content in human skin. International Journal of Cosmetic Science. Volume 32, Issue 3, page 234, June 2010.
(22) Hwang YP. N-Acetylglucosamine suppress collagenases activation in ultraviolet B-irradiated human dermal fibroblasts: Involvement of calcium ions and mitogen-activated protein kinases. Journal of Dermatological Science Volume 63, Issue 2, August 2011, Pages 93–103.
(23) Mkhikian H. Genetics and the environment converge to dysregulate N-glycosylation in multiple sclerosis. Nature Communications 2011. 2, Article number: 334

Prendre 500 mg (environ un demi doseur) par jour au cours d’un repas.

En savoir plus

12:00

Pendant le déjeuner

focus image
Kéto Sans biotiques Sans caséine Sans gluten Sans lactose

La N-acétylglucosamine Nutrimuscle est une forme de glucosamine qui est naturellement présent dans le corps, fournit par Kaneka.  Elle est produite à partir de carapaces de crabes et/ou de crevettes.
 
La glucosamine est un précurseur des GAG (glycosaminoglycane), le second composant des cartilages, tendons et ligaments, après le collagène. Notre corps produit naturellement sa glucosamine à partir de sucre et d'un acide aminé : la glutamine.


Produit fabriqué dans un atelier utilisant des allergènes (lait, œufs, céréales, poisson, mollusques et crustacés).

focus image
  • Kéto Sans biotiques Sans caséine Sans gluten Sans lactose

    La N-acétylglucosamine Nutrimuscle est une forme de glucosamine qui est naturellement présent dans le corps, fournit par Kaneka.  Elle est produite à partir de carapaces de crabes et/ou de crevettes.
     
    La glucosamine est un précurseur des GAG (glycosaminoglycane), le second composant des cartilages, tendons et ligaments, après le collagène. Notre corps produit naturellement sa glucosamine à partir de sucre et d'un acide aminé : la glutamine.


    Produit fabriqué dans un atelier utilisant des allergènes (lait, œufs, céréales, poisson, mollusques et crustacés).

Bon à savoir

La glucosamine est un composant essentiel utilisé par le corps pour synthétiser le cartilage, le tissu qui recouvre les extrémités des os dans les articulations.

Ce que le produit fait

Ce que le produit fait

Ce que le produit fait

Accélération du processus de récupération articulaire

La N-acétylglucosamine accélère l'anabolisme des cartilages donc la récupération articulaire. Les recherches montrent que la N-acétylglucosamine augmente de 40 % la vitesse de régénération des cartilages.

Effet antirides

En assurant élasticité et hydratation, la N-acétylglucosamine agit comme un antirides, car ces dernières sont dues à la sécheresse de la peau et à son manque d'élasticité.

Pour avoir plus de détails sur les bénéfices de la N-acétylglucosamine, vous pouvez consulter la partie En savoir plus.



1. Les glucides participent à la récupération des fonctions musculaires (contraction) après un effort physique très intense et/ou de longue durée ayant entraîné la fatigue musculaire et l’épuisement des stocks de glycogène dans les muscles squelettiques. Les bienfaits sont obtenus en consommant des glucides issus de toutes sources, avec un apport total de 4 g par kg de poids corporel par dose dans les 4 heures, et au plus tard dans les 6 heures suivant un effort physique très intense et/ou de longue durée ayant entraîné la fatigue musculaire et l’épuisement des stocks de glycogène dans les muscles squelettiques.

2. Les glucides sont une source d'énergie pendant l'effort.

3. Les protéines contribuent au développement et au maintien de la masse musculaire.

Composition

Tout savoir sur ce produit

Interaction avec d'autres produits Nutrimuscle

  • Nous vous conseillons d'associer la N-acétylglucasamine Nutrimuscle avec de la Chondroïtine Sulfate, le Collagène Peptide Peptan 1®, le Collagène Peptide II (Colartix®), le Super Collagen Mix, la Kératine, les Acides Aminés du Collagène 4.4.1 et l'OptiMSM.

    Il est préférable de consulter un professionnel de santé avant l’utilisation concomitante de plusieurs compléments alimentaires.

  • La N-Acétylglucosamine n'est pas à prendre en même temps que du bicarbonate de potassium pour éviter les ballonnements ainsi que le Nutrimix Articulaire.

En savoir plus

  • Il est rare de connaître le nom des fournisseurs des matières premières des compléments que l'on consomme. Pourtant, c'est primordial afin de s'assurer de la traçabilité du produit.

    Le producteur japonais Kaneka Pharma© produit notre N-acétylglucosamine par hydrolyse enzymatique de carapaces de crabes et de crevettes : l'Hyalurogluco®. Cette forme brevetée de glucosamine possède une non-toxicité bien établie, un goût agréable en bouche et est moins allergisante (fruits de mer) que les autres formes existantes.

Bienfaits de la Glucosamine

  • Comme nous venons de le voir, les glucosamines classiques sont surtout efficaces pour ralentir les processus de dégénérescence articulaire. Mais, ce que le sportif recherche avant tout, ce n'est pas à réduire le rythme de dégradation articulaire, c'est un supplément qui accélère la régénération des cartilages, donc l'anabolisme articulaire, afin de récupérer plus vite entre deux entraînements.

  •  Ce qui fait la supériorité de la N-acétylglucosamine sur les autres formes de glucosamine, est que la N-acétylglucosamine est le précurseur direct des glycosaminoglycanes et de l'acide hyaluronique. Les glucosamines classiques ne sont que des précurseurs indirects qui doivent, tout d'abord, être convertis en N-acétylglucosamine avant de servir de matière première aux GAG et à l'acide hyaluronique. Cette conversion étant très limitative, elle explique pourquoi la N-acétylglucosamine est plus efficace que la glucosamine.
     
     Il n'y a donc pas que dans les articulations que la N-acétylglucosamine Nutrimuscle joue un rôle important. La N-acétylglucosamine Nutrimuscle possède également des fonctions vitales pour la peau. En assurant élasticité et hydratation, la N-acétylglucosamine Nutrimuscle agit comme un antirides, car ces dernières sont dues à la sécheresse de la peau et à son manque d'élasticité.
     
     Par exemple, durant 60 jours, des femmes ont reçu quotidiennement 1 g de N-acétylglucosamine par voie orale. Leur peau est devenue moins grasse, mais bénéficie d'une bien meilleure hydratation ce qui se traduit par une amélioration visuelle de l'apparence du visage (19).
     
     La réduction de l'aspect huileux de la peau ainsi que sa meilleure hydratation suggèrent que la N-acétylglucosamine pourrait également aider à nettoyer la peau de ses impuretés et donc à combattre l'acné. Elle peut aussi aider à la cicatrisation, lutter contre une desquamation excessive et les méfaits du soleil sur la peau (20-21-22).
     
     La N-acétylglucosamine offre également une protection contre les dégénérescences cérébrales (23).
     
     
     
     1. Les glucides participent à la récupération des fonctions musculaires (contraction) après un effort physique très intense et/ou de longue durée ayant entraîné la fatigue musculaire et l’épuisement des stocks de glycogène dans les muscles squelettiques. Les bienfaits sont obtenus en consommant des glucides issus de toutes sources, avec un apport total de 4 g par kg de poids corporel par dose dans les 4 heures, et au plus tard dans les 6 heures suivant un effort physique très intense et/ou de longue durée ayant entraîné la fatigue musculaire et l’épuisement des stocks de glycogène dans les muscles squelettiques.
     
     2. Les glucides sont une source d'énergie pendant l'effort.
     
     3. Les protéines contribuent au développement et au maintien de la masse musculaire.

A qui s'adresse le produit ?

  • La N-acétylglucosamine Nutrimuscle s’adresse :

    Aux sportifs.
    Aux personnes sédenraires.

Recherches & idées reçues sur le produit

  • Si vous ne deviez ne choisir qu'un seul supplément articulaire pour des questions de budget, nous recommanderions la N-acétylglucosamine Nutrimuscle sur tous les autres compléments. Mais, dans ce cas, votre protection articulaire ne serait pas totale comme nous allons le voir.

    On s'est longtemps demandé si la glucosamine et la chondroïtine ne faisaient pas double emploi en agissant par des mécanismes d'action similaires. Il serait donc inutile de les prendre toutes les deux.

    Mais des recherches récentes effectuées directement sur les gènes montrent que la glucosamine et la chondroïtine agissent de manière différente et complémentaire sur les articulations. Il se crée donc une synergie entre ces deux protecteurs articulaires ; ce qui explique qu'il est préférable de les utiliser ensemble plutôt que séparément (39-40-41).

    La pharmacoprotéomique est une science qui analyse l'influence d'une molécule (complément alimentaire, médicament...) sur nos gènes afin d'en déterminer son mode d'action et de prédire ses éventuels effets secondaires.

    Pour ce faire, des personnes ont utilisé soit de la glucosamine soit de la chondroïtine ou les deux à la fois. L'activité de leurs gènes dans les cartilages articulaires a été mesurée avant et après cette prise. L'activité de plus d'une trentaine de gènes est modifiée par soit la glucosamine soit par la chondroïtine (42).

    Certains voient leur activité croître, comme ceux chargés de la réparation des cartilages, d'autres diminuer, comme ceux activant la destruction des cartilages.

    Ainsi, nous pouvons donc dire que :

    La N-acétylglucosamine favorise essentiellement la réparation des cartilages tout en diminuant légèrement le catabolisme,
    La chondroïtine atténue surtout le catabolisme des cartilages tout en stimulant légèrement leur régénération.
    Il y a donc une complémentarité d'action entre les deux suppléments : l'un est anabolique pour la N-acétylglucosamine, l'autre est anti-catabolique pour la chondroïtine. Mais l'étude va plus loin en montrant que certains gènes n'ont été activés qu'en présence de glucosamine + chondroïtine uniquement, mais pas avec un seul des deux suppléments, utilisé de manière isolée, ce qui prouve la synergie entre ces deux molécules ; chacune complémentant l'autre (42). C'est ce que démontre l'étude suivante. Durant 24 semaines, des patients souffrant du genou ont reçu soit :

    1,2 g de sulfate de chondroïtine ;
    1,5 g de glucosamine ;
    1,2 g de chondroïtine + 1,5 g de glucosamine (43).
    Parmi les personnes qui souffraient le plus, la douleur a été réduite chez :

    48 % des patients sous placebo ;
    58 % des patients sous chondroïtine ;
    66 % des patients sous glucosamine ;
    75 % des patients sous chondroïtine + glucosamine.
    Les résultats d'autres études médicales montrent aussi une complémentarité de la chondroïtine et de la glucosamine avec les oméga 3 (44). La glucosamine agit surtout sur les gènes réparateurs alors que la chondroïtine se charge davantage de procurer de l'énergie à ces gènes réparateurs, et diminue ceux qui accélèrent la destruction des cartilages (48).

  • Chez les sportifs
     Dans l'univers du sport, la glucosamine a d'abord été utilisée à grande échelle sur les chevaux de course. De là, son usage s'est répandu à l'homme. En effet, si la glucosamine réduit la dégénérescence articulaire associée au vieillissement, pourquoi ne pas se servir d'elle pour protéger des cartilages mis à mal par la considérable répétition des gestes sportifs ? Dans une étude effectuée durant 28 jours, des athlètes de haut niveau souffrant des genoux ont reçu quotidiennement soit :
     
     Un placebo ;
     1,5 g de glucosamine.
     La récupération de l'amplitude du genou a été 40 % plus rapide sous glucosamine que sous placebo.
     
     Récemment, Yoshimura (5) a étudié avec précision l'impact d'une pratique sportive intense sur les cartilages de joueurs de football chevronnés s'entraînant 2 heures, six fois par semaine. Par rapport à des hommes sédentaires du même âge, les footballeurs ont :
     
     Un niveau de dégradation des cellules articulaires qui est multiplié par 300 % ;
     Une vitesse de régénération articulaire qui n'augmente que de 43 % ;
     Un ratio catabolisme/anabolisme qui est deux fois plus élevé que la normale.
     Idéalement, ce ratio devrait être de zéro, témoignant d'une articulation qui se régénère parfaitement. Chez les sédentaires, il est de 0,067, ce qui correspond à une très lente tendance à la dégénérescence. Chez les footballeurs, il est de 0,135, ce qui l'amène au même niveau que celui de patients de 75 ans souffrant d'arthrose.
     
     Le turnover des cellules articulaires est donc grandement accéléré chez le sportif et un déficit de reconstruction apparaît clairement. À la longue, il est normal que des douleurs finissent par apparaître.
     Une fois ces bases posées, Yoshimura a fait prendre de la glucosamine à ces footballeurs pendant 3 mois :
     
     Un premier groupe a reçu 1,5 g de glucosamine le soir ;
     Un second groupe a reçu 1,5 g de glucosamine le matin + 1,5 g le soir.
     Au bout des 3 mois de prises quotidiennes, le ratio catabolisme/anabolisme diminue d'environ 15 % avec les 1,5 g de glucosamine et 25 % avec les 3 g de glucosamine. Ces améliorations s'expliquent par la réduction de l'ampleur du catabolisme articulaire, et non par une accélération de leur régénération. Comme nous pourrions nous y attendre, à l'arrêt de la glucosamine, le niveau de dégradation des cartilages remonte vers leurs niveaux d'avant la supplémentation.
     
     Dans cette étude, remarquons que l'efficacité de la glucosamine monte lentement en puissance au fil des semaines. Sur les 3 mois de l'étude, les bénéfices de la supplémentation ne semblent pas stagner au cours du temps. Ce fait plaide en faveur d'une utilisation à long terme plutôt que sous forme de cures brèves.
     
     Chez les sédentaires
     Une personne sédentaire a déjà du mal à couvrir ses besoins en glucosamine, ce qui explique qu'à terme, les articulations se dégradent lentement : c'est l'arthrose qui se développe, fait souffrir et limite la mobilité.
     
     La prise régulière de glucosamine retarde la progression de l'arthrose (2). Elle réduit également les douleurs qui lui sont associées, tout en facilitant la mobilité articulaire (2). Et, contrairement aux médicaments antidouleur, la glucosamine ne cause pas plus d'effet secondaire qu'un placebo.
     
     Dans une étude de trois ans effectuée chez deux cents patients souffrant d'arthrose du genou, l'efficacité de 1500 mg de glucosamine a été comparée à un placebo (3). Grâce à la glucosamine, le niveau de douleur a diminué et la mobilité a été améliorée de 24 %, alors que sous placebo, une détérioration de 9 % a été observée. Des paramètres comme la taille de l'espace interarticulaire ont aussi été mesurés. Plus celui-ci est mince, plus l'articulation et le cartilage sont dégénérés.
     
     L'os finit par frotter contre l'articulation. Avec le placebo, cet espace s'est réduit en moyenne de 0,31 mm en trois ans, alors qu'il a été stable dans le groupe glucosamine. Ces différences démontrent que la glucosamine produit une action de fond sur les cartilages et ne se contente pas seulement de réduire la douleur.
     
     Effets secondaires à long terme
     Les médicaments utilisés contre les douleurs articulaires (anti-inflammatoires de synthèse) induisent de nombreux effets secondaires néfastes pour la santé. Qu'en est-il des suppléments « articulaires » naturels comme la N-acétylglucosamine Nutrimuscle et la chondroïtine sulfate Nutrimuscle ?
     
     Heureusement, leur innocuité est considérée comme excellente, que cela soit à court comme à long terme (33). Un traitement de chondroïtine de 6 mois consécutifs n'induit aucun effet secondaire chez les utilisateurs (32). Une analyse médicale sur le long terme a mesuré l'impact sur la santé de glucosamine et de chondroïtine (utilisées seules ou en combinaison) durant 6 à 8 années. Plus de 77 000 patients âgés de 50 à 76 ans au début de l'étude ont été interrogés.
     
     Ceux qui faisaient un usage régulier de glucosamine et de la chondroïtine étaient nettement moins susceptibles de mourir que les autres (34).
     
     La glucosamine réduit les risques de mortalité de 18 % alors que la chondroïtine les diminue de 14 %. La glucosamine est particulièrement efficace pour réduire les risques de mort d'un cancer et de maladies respiratoires (34-35).
     
     Outre une meilleure mobilité, facteur de longévité, car permettant de rester plus actif et donc en meilleure santé, la glucosamine et la chondroïtine possèdent des effets anti-inflammatoires qui pourraient être bénéfiques à la santé en général en plus de celle des articulations. En augmentant la longévité sur le long terme, la glucosamine et la chondroïtine font la preuve de leur innocuité sur la santé, ce qui répond aux interrogations concernant leurs effets secondaires à long terme."

    Récemment, Yoshimura (5) a étudié avec précision l'impact d'une pratique sportive intense sur les cartilages de joueurs de football chevronnés s'entraînant 2 heures, six fois par semaine. Par rapport à des hommes sédentaires du même âge, les footballeurs ont :

    Un niveau de dégradation des cellules articulaires qui est multiplié par 300 % ;
    Une vitesse de régénération articulaire qui n'augmente que de 43 % ;
    Un ratio catabolisme/anabolisme qui est deux fois plus élevé que la normale.
    Idéalement, ce ratio devrait être de zéro, témoignant d'une articulation qui se régénère parfaitement. Chez les sédentaires, il est de 0,067, ce qui correspond à une très lente tendance à la dégénérescence. Chez les footballeurs, il est de 0,135, ce qui l'amène au même niveau que celui de patients de 75 ans souffrant d'arthrose.

    Le turnover des cellules articulaires est donc grandement accéléré chez le sportif et un déficit de reconstruction apparaît clairement. À la longue, il est normal que des douleurs finissent par apparaître.
    Une fois ces bases posées, Yoshimura a fait prendre de la glucosamine à ces footballeurs pendant 3 mois :

    Un premier groupe a reçu 1,5 g de glucosamine le soir ;
    Un second groupe a reçu 1,5 g de glucosamine le matin + 1,5 g le soir.
    Au bout des 3 mois de prises quotidiennes, le ratio catabolisme/anabolisme diminue d'environ 15 % avec les 1,5 g de glucosamine et 25 % avec les 3 g de glucosamine. Ces améliorations s'expliquent par la réduction de l'ampleur du catabolisme articulaire, et non par une accélération de leur régénération. Comme nous pourrions nous y attendre, à l'arrêt de la glucosamine, le niveau de dégradation des cartilages remonte vers leurs niveaux d'avant la supplémentation.

    Dans cette étude, remarquons que l'efficacité de la glucosamine monte lentement en puissance au fil des semaines. Sur les 3 mois de l'étude, les bénéfices de la supplémentation ne semblent pas stagner au cours du temps. Ce fait plaide en faveur d'une utilisation à long terme plutôt que sous forme de cures brèves.

    Chez les sédentaires
    Une personne sédentaire a déjà du mal à couvrir ses besoins en glucosamine, ce qui explique qu'à terme, les articulations se dégradent lentement : c'est l'arthrose qui se développe, fait souffrir et limite la mobilité.

    La prise régulière de glucosamine retarde la progression de l'arthrose (2). Elle réduit également les douleurs qui lui sont associées, tout en facilitant la mobilité articulaire (2). Et, contrairement aux médicaments antidouleur, la glucosamine ne cause pas plus d'effet secondaire qu'un placebo.

    Dans une étude de trois ans effectuée chez deux cents patients souffrant d'arthrose du genou, l'efficacité de 1500 mg de glucosamine a été comparée à un placebo (3). Grâce à la glucosamine, le niveau de douleur a diminué et la mobilité a été améliorée de 24 %, alors que sous placebo, une détérioration de 9 % a été observée. Des paramètres comme la taille de l'espace interarticulaire ont aussi été mesurés. Plus celui-ci est mince, plus l'articulation et le cartilage sont dégénérés.

    L'os finit par frotter contre l'articulation. Avec le placebo, cet espace s'est réduit en moyenne de 0,31 mm en trois ans, alors qu'il a été stable dans le groupe glucosamine. Ces différences démontrent que la glucosamine produit une action de fond sur les cartilages et ne se contente pas seulement de réduire la douleur.

    Effets secondaires à long terme
    Les médicaments utilisés contre les douleurs articulaires (anti-inflammatoires de synthèse) induisent de nombreux effets secondaires néfastes pour la santé. Qu'en est-il des suppléments « articulaires » naturels comme la N-acétylglucosamine Nutrimuscle et la chondroïtine sulfate Nutrimuscle ?

    Heureusement, leur innocuité est considérée comme excellente, que cela soit à court comme à long terme (33). Un traitement de chondroïtine de 6 mois consécutifs n'induit aucun effet secondaire chez les utilisateurs (32). Une analyse médicale sur le long terme a mesuré l'impact sur la santé de glucosamine et de chondroïtine (utilisées seules ou en combinaison) durant 6 à 8 années. Plus de 77 000 patients âgés de 50 à 76 ans au début de l'étude ont été interrogés.

    Ceux qui faisaient un usage régulier de glucosamine et de la chondroïtine étaient nettement moins susceptibles de mourir que les autres (34).

    La glucosamine réduit les risques de mortalité de 18 % alors que la chondroïtine les diminue de 14 %. La glucosamine est particulièrement efficace pour réduire les risques de mort d'un cancer et de maladies respiratoires (34-35).

    Outre une meilleure mobilité, facteur de longévité, car permettant de rester plus actif et donc en meilleure santé, la glucosamine et la chondroïtine possèdent des effets anti-inflammatoires qui pourraient être bénéfiques à la santé en général en plus de celle des articulations. En augmentant la longévité sur le long terme, la glucosamine et la chondroïtine font la preuve de leur innocuité sur la santé, ce qui répond aux interrogations concernant leurs effets secondaires à long terme."

Les avis de nos clients
Vos avis
Nos experts à votre écoute

Du lundi au vendredi de 9h à 18h.

+33 1 89 71 01 22