⛔️ Nous ne vendons pas ce que nous ne consommons pas ⛔️
top santé

Multivitamines

19,95€
  • Vitamines de qualité produites par le leader européen DSM
  • Dosage en vitamine D élevé
  • Renforcement immunitaire chez le sportif
  • Action perte de graisse
  • Améliore la récupération musculaire
Multivitamines conçu pour les besoins des sportifs En savoir plus
  • anti-inflammatoire
  • +
  • Immunité
  • longévité
  • récupération
  • Gélules
  • Poudre
Taille
  • 30 gélules
  • 60 gélules
  • 120 gélules
  • 400 gélules
  • 60 g
  • 150 g
  • 350 g
Date optimale de consommation : 06/2022
soit 0,66€ / gélule
19,95€
Quantité
- 1 +
  • Produit offert dès 50€ d'achat
  • Livraison gratuite
  • Paiement en 3x sans frais

Description

Qu’est ce que le Multivitamines Nutrimuscle ?

Les vitamines sont des micronutriments indispensables. Il existe une quarantaine de micronutriments indispensables à notre santé. Le corps ne pouvant les synthétiser, seules une alimentation saine ou une supplémentation peuvent nous les fournir. Parmi ces micronutriments indispensables, il y a les vitamines.

Ces dernières entrent dans tous les processus biochimiques nécessaires au maintien et au développement des cellules de notre corps. Malheureusement, l'apport alimentaire de ces micronutriments n'est pas toujours adéquat, y compris chez les personnes sédentaires. L'équilibre micronutritionnel est encore plus problématique chez les sportifs ou chez les personnes au régime, car leurs besoins en vitamines sont augmentés.

Quels sont les bénéfices du Multivitamines Nutrimuscle pour vous ?

Bouclier protecteur

Les vitamines antioxydantes peuvent vous aider à faire face à une surcharge de travail en luttant contre le catabolisme, la fatigue et le surentraînement. 

Renforcement immunitaire

En renforçant les défenses antioxydantes des sportifs, la complémentation en vitamine protège l'intégrité physique des athlètes.

Récupération musculaire accélérée

Les recherches ont également montré que l'apport de vitamines antioxydantes comme les vitamines A et E après un effort physique intense est également très important pour la récupération musculaire. En trois semaines, la prise de vitamines augmente les gains de force grâce à une accélération de la récupération entre deux entraînements.

Vitamines et régime

Chez des sédentaires qui consomment régulièrement des vitamines sous forme de suppléments, le métabolisme de base est de 4 % plus énergivore que chez les non-utilisateurs. Cet avantage de la supplémentation se retrouve également au régime. La prise de vitamines permet un meilleur maintien du métabolisme de base, prévenant son classique effondrement lors d'une restriction énergétique.

Pour avoir plus de détails sur les bénéfices du Multivitamines Nutrimuscle, vous pouvez consulter la partie En savoir plus.

Composition nutritionnelle du Multivitamines Nutrimuscle

Composition nutritionnelle pour 100 g : 

  • Protéines 0 g
  • Lipides 0 g
  • Glucides 0 g
  • Calories 0 kcal

Ingrédients

Multivitamines en poudre

  • Quali®-C acide L-ascorbique (C) ;
  • EVNol® tocotriénol tocophérol (E naturelle) ; 
  • Niacinamide (B3) ;
  • D-pantothénate de calcium (B5) ;
  • Acétate de rétinyle (A) ;
  • Chlorhydrate de pyridoxine (B6) ;
  • Mononitrate de thiamine (B1) ;
  • Riboflavine 5’ - Phosphate Sodium (B2) ;
  • Metafolin® L-méthylfolate de calcium (B9 naturelle) ; 
  • D-biotine (B8) ;
  • Cholécalciférol (D3) ;
  • Phylloquinone (K1) ;
  • Cyanocobalamine (B12).

Multivitamines en gélules 

  • Quali®-C acide L-ascorbique (C) ;
  • EVNol® tocotriénol tocophérol (E naturelle) ; 
  • Niacinamide (B3) ;
  • D-pantothénate de calcium (B5) ;
  • Acétate de rétinyle (A) ;
  • Chlorhydrate de pyridoxine (B6) ;
  • Mononitrate de thiamine (B1) ;
  • Riboflavine 5’ - Phosphate Sodium (B2) ;
  • Metafolin® L-méthylfolate de calcium (B9 naturelle) ; 
  • D-biotine (B8) ;
  • Cholécalciférol (D3) ;
  • Phylloquinone (K1) ;
  • Cyanocobalamine (B12) ;
  • Gélule en gélatine de bœuf.

Composition

Composition nutritionnelle du Multivitamines Nutrimuscle

100 g1 gélule628 mgAJR*
Vitamine A
0,2 g
1,2 mg
1,2 mg
150 %
Vitamine B1
0,4 g
2 mg
2 mg
182 %
Vitamine B2
0,4 g
2 mg
2 mg
143 %
Vitamine B33,7 g
20 mg
20 mg
125 %
Vitamine B5
1,9 g
10 mg
10 mg
167 %
Vitamine B60,4 g2,4 mg2,4 mg171 %
Vitamine B828 mg
150 mcg
150 mcg300 %
Vitamine B937,3 mg
200 mcg200 mcg100 %
Vitamine B120,6 mg
3 mcg3 mcg120 %
Vitamine C37,3 g
200 mg200 mg250 %
Vitamine D39,3 mg50 mcg50 mcg1000 %
Vitamine E6,7 g36 mg36 mg300 %
Vitamine K19,3 mg50 mcg50 mcg67 %

*AJR : Apport journalier recommandé (pour 1 gélule ou pour 75% d'un doseur soit pour 628 mg)

  • 1 g (gramme) = 1000 mg (milligramme)
  • 1 mg (milligramme) = 1000 µg ou 1000 mcg (microgramme)

Conseils d'utilisation

À qui s’adresse le Multivitamines Nutrimuscle ?

Le Multivitamines Nutrimuscle s’adresse :

  • Aux sportifs pour un apport en vitamines essentiel pendant leurs entraînements ;
  • Aux sédentaires pour leur action indispensable sur la santé.

Posologie

Prendre 628 mg (un doseur ou une gélule) quotidiennement.

À quel moment prendre le Multivitamines Nutrimuscle ?

Afin d'éviter les carences micronutritionnelles, il faut prendre 628 mg (75 % d’un doseur) de Multivitamines Nutrimuscle le matin au petit déjeuner.

Comment prendre le Multivitamines Nutrimuscle ?

Les vitamines agissant sur le long terme, il est préférable de faire des cures longues, qui durent aussi longtemps que vos périodes d'entraînement intense.

Les cures courtes de quelques semaines ne semblent donc pas appropriées. Les vrais bénéfices des vitamines ne se manifestent pas immédiatement. Par exemple, la vitamine E a besoin de 21 jours en prise continue afin de produire pleinement ses effets protecteurs contre les radicaux libres (1).

Interactions avec d'autres produits Nutrimuscle

Synergies entre suppléments

Le Multivitamines Nutrimuscle améliore l'assimilation et l'utilisation de la créatine.

Antagonismes entre suppléments

Le Multivitamines Nutrimuscle n'est pas à prendre en même temps que du bicarbonate de potassium pour éviter les ballonnements.

Références scientifiques

  • (1) Rozhkova EA. [Comparative study of the effect of vitamax, synergin and alpha-tocopherol on physical endurance of highly trained athletes]. Eksp Klin Farmakol. 2003 Jan-Feb;66(1):64-6.

En savoir plus

Pureté des matières premières garantie

DSM (pour le PeptoPro® également) fabrique des vitamines depuis plus de 75 ans. Cette longévité leur a permis de devenir l'un des leaders mondiaux en matière de confection de vitamines. En choisissant DSM, Nutrimuscle vous procure des vitamines de qualité pharmaceutique, certifiées HACCP et ISO9001 et fabriquées en France. Nous sommes donc loin des contrefaçons génériques réalisées en Chine dans des usines très éloignées des standards pharmaceutiques de référence.

Metafolin®

Le Metafolin® contient du calcium L-méthylfolate. Il s'agit de la forme biologiquement active et naturelle de folate : l'acide 5-méthyltétrahydrofolique. Le Metafolin® n'a donc pas besoin d'être métabolisé pour devenir efficace. Contrairement à l'acide folique, le Metafolin® ne rencontre ainsi aucun problème d’absorption (72).

Bien que naturel, le Metafolin® est très stable, ce qui n'est pas le cas de la vitamine B9 des aliments qui est facilement détruite avec le temps. C'est pour cette raison que les suppléments de vitamine B9 contenaient jusque-là de l'acide folique, car ce produit de synthèse est lui, beaucoup plus stable. Grâce au Metafolin® tous ces problèmes sont aujourd'hui résolus.

Comment choisir son Multivitamines ?

Un multivitamines en vaut-il un autre ?

S'il paraît tentant de vouloir comparer les prix des divers suppléments de vitamines afin de s'orienter vers le moins cher, il est évident que la comparaison sur le simple critère du prix est trompeuse. Les multivitamines ne sont pas tous égaux sur deux plans principaux : tout d'abord pour des questions de qualité et ensuite pour des raisons d'exhaustivité des ingrédients.

Les problèmes de qualité des multivitamines

Les tests de qualité indépendants effectués par le site Consumerlab.com révèlent quatre principaux problèmes en ce qui concerne les suppléments vitaminiques.

  1. L'anomalie la plus fréquemment relevée concerne un sous-dosage flagrant des vitamines avec des différences qui s'étalent de moins 20 à moins 70 % entre ce qui est annoncé sur l'étiquette et ce que les tests révèlent effectivement. Ces différences sont surtout flagrantes pour les vitamines A, B et D.
  2. Le second problème qui revient couramment concerne la contamination, en particulier par des métaux lourds comme le plomb (pour les vitamines D par exemple).
  3. Le troisième problème concerne la compression extrême des cachets afin de mettre un maximum d'ingrédients dans un minimum de place. L'écrasement produit par les machines peut être si extrême que le cachet traverse tel quel tout le système digestif sans être absorbé du tout.
  4. Enfin, certaines étiquettes jouent sur les mots afin de tromper les consommateurs. Ceci est souvent le cas avec la vitamine E. Les complexes de vitamines E, qui devraient contenir tous les types de tocophérols, ne contiennent fréquemment que de l'alpha-tocophérol et très peu des autres formes de vitamines E, ce qui engendre des déséquilibres.

D'autre part, toujours pour la vitamine E, des formes synthétiques sont souvent vendues comme étant des formes naturelles. C'est bien sûr la forme naturelle qui est la meilleure pour la santé, mais c'est aussi la plus coûteuse. Nous pouvons ajouter à ces remarques : le manque de transparence quant à l'origine des matières premières ainsi que l'absence de certificat d'analyse. Nutrimuscle fournit les certificats d'analyses de ses vitamines ainsi que de sa vitamine E naturelle afin de garantir que les dosages annoncés soient bien ceux que reçoivent les consommateurs, tout comme leur provenance (DSM et EVNol®) afin de garantir la traçabilité des matières premières.

Exhaustivité des ingrédients

Sur ce critère aussi, l'exemple de la vitamine E est le plus flagrant de tous. La vitamine E ne se compose pas seulement d'une simple vitamine. Il s'agit plus exactement d'un type de vitamine qui regroupe huit sous-catégories : quatre tocophérols (alpha, bêta, gamma et delta), et quatre tocotriénols (alpha, bêta, gamma et delta).

Afin d'être efficace, il faut que la supplémentation apporte le plus grand éventail de ces sous-catégories possible. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, l'accent doit cependant être mis sur les tocotriénols plutôt que sur les tocophérols, car les tocotriénols sont beaucoup plus efficaces et plus rares à trouver dans l'alimentation. En effet, les tocotriénols offrent une protection antioxydante 40 à 60 fois supérieure aux vitamines E classiques (1-2). C'est aussi la forme vitaminique qui présente les meilleurs potentiels contre les maladies cardio-vasculaires, et les dégénérescences du cerveau, les cancers... (3-4-5) (6-7-8-9) (10-11-12-13).

La vitamine E naturelle

Les tocotriénols Nutrimuscle sont de marque déposée EVNol® de ExcelVite, Inc qui est la seule source de tocotriénols de qualité pharmaceutique dans le monde. Il s'agit d'un tocotriénol naturel tiré d'huile de palme, dosé à 28,3 mg par prise :
 

  • d-Alpha-Tocotriénol : 8,7 mg ;
  • d-Beta-Tocotriénol : 1,6 mg ;
  • d-Gamma-Tocotriénol : 13 mg ;
  • d-Delta-Tocotriénol : 5 mg.

Même si les tocotriénols sont présents en petites quantités dans certains aliments, il est difficile d'en bénéficier pleinement, car ils sont naturellement très peu assimilables. De plus, cette absorption varie grandement suivant le type de tocotriénols auquel nous avons à faire. Ainsi, les études ont montré que l'absorption maximale du :

  • d-alpha-tocotriénol est de 27 % ;
  • d-gamma-tocotriénol est de 9 % ;
  • d-delta-tocotriénol est de 8 %.

Grâce à un système de brevet exclusif, les tocotriénols ExcelVite bénéficient d'une absorption qui est de 250 % meilleure que les tocotriénols issus des aliments. De ce fait, il est possible d’atteindre une concentration physiologique efficace dans les tissus cibles afin que les tocotriénols y produisent leurs effets protecteurs (14).

Est-il nécessaire de se supplémenter en vitamines ?

De nombreuses analyses médicales comme l'étude SU. VI. MAX (pour Supplémentation en VItamines et Minéraux AntioXydants) soulignent qu'une part importante des Français a du mal à satisfaire ses besoins minimaux en vitamines. Récemment, une étude du CREDOC montre que plus de 82 % des Français ne couvrent pas leurs besoins minimaux en vitamine D. Ils sont plus de 32 % à être déficitaires en vitamine C, 25 % en vitamine E, 21 % en vitamine B9... (1).

Si les sédentaires sont en constant déficit et, vu que la pratique sportive régulière accroît les pertes micronutritionnelles, les besoins en vitamines sont encore plus problématiques à satisfaire chez les athlètes. Ces besoins accrus expliquent qu'il est rare de trouver des études médicales qui montrent que les sportifs couvrent parfaitement leurs besoins minimaux en vitamines. L'intégrité du statut en vitamines et en antioxydants est, en général, particulièrement précaire chez les athlètes.

Le professeur Zimmermann, un spécialiste de la nutrition de l'Institut de Technologie de Suisse à Zurich a passé en revue l'impact des différents micronutriments sur la performance physique. Bien que toutes les vitamines et tous les minéraux soient affectés par la pratique d’un sport, certains le sont plus que d'autres. Il s'agit des vitamines E et C (2). Chez des rugbymen français de haut niveau, des apports inférieurs aux recommandations sont notés en vitamine C (3). 

La totalité des étudiants en éducation physique n'a pas un apport suffisant en vitamine E (4). Il en est de même pour 73 % des sujets en ce qui concerne la vitamine C. Chez des coureurs d'endurance, 95 % des athlètes étudiés ont un apport déficitaire en vitamine E (5). En ce qui concerne la vitamine C et la vitamine A, 32 % des coureurs n'ont pas un apport suffisant. Les déficits vitaminiques représentent donc un problème classique chez les sportifs. Il semble logique qu'une activité physique régulière accroisse les besoins en micronutriments. L'accélération des phénomènes physiologiques, l'arrivée massive des radicaux libres qui vont détruire les vitamines antioxydantes ainsi que l'augmentation des pertes urinaires et sudorales constituent autant de causes d'élévation des besoins.

Par exemple, un entraînement sportif intense provoque une baisse du niveau de thiamine et accélère de 20 % la destruction de nos réserves en vitamine E (6). De plus, l'absorption des micronutriments peut être temporairement réduite par les troubles digestifs passagers qui affectent certains sportifs après un effort. D'autres circonstances, tel un régime restrictif en énergie, peut, lui aussi, conduire à des déséquilibres du fait des diminutions de l'apport en vitamines par l'alimentation. Les sportifs ont donc tout avantage à utiliser une supplémentation régulière en vitamines afin de compenser ces phénomènes.

Bénéfices liés au Multivitamines Nutrimuscle plus en détail

Un bouclier protecteur

Les vitamines antioxydantes peuvent vous aider à faire face à une surcharge de travail en luttant contre le catabolisme, la fatigue et le surentraînement.

Au lieu de s'attaquer aux cellules, les radicaux libres vont agresser les molécules antioxydantes qui servent alors de boucliers protecteurs pour les muscles. Ces antioxydants vont donc permettre de laisser les muscles croître sans que le processus anabolique ne soit perturbé. Dans une autre étude, la prise de vitamines antioxydantes comme les vitamines E, C et la vitamine A augmente le niveau des défenses antioxydantes de 20 % en deux semaines (11-12). Une étude menée chez des nageurs subissant une charge de travail importante montre que la prise quotidienne d'une supplémentation en vitamines va renforcer les défenses corporelles anti-radicaux libres (13). 

Une meilleure tolérance à l'effort et un moindre catabolisme musculaire (aussi bien au niveau des muscles squelettiques que cardiaque) en résultent. Des médecins de l'unité de nutrition humaine de Tufts Université à Boston ont donné de la vitamine E à des sportifs durant 3 mois. Après cette cure de vitamine E, la dégradation musculaire et les courbatures ont été fortement atténuées suite à un effort intense. Cette diminution est corrélée à l'atténuation du stress oxydatif induit par la vitamine E (14). Le professeur Kraemer, un spécialiste de la médecine sportive, a administré de la vitamine E à des culturistes. Grâce à elle, leur entraînement a généré nettement moins de radicaux libres. Ainsi, le catabolisme musculaire, mesuré grâce à la fuite de créatine kinase, a pu être réduit par la vitamine E.

Renforcement immunitaire

De nombreuses études médicales impliquent le stress oxydatif dans les divers troubles sanitaires et immunitaires qui touchent en surnombre les sportifs. Si l'incidence des infections et des troubles de santé est accrue après un effort, c'est signe d'un affaiblissement du système de défenses cellulaires. Par exemple, après un entraînement intense, la vitesse de destruction des lymphocytes (cellules immunitaires) s’accélère de 76 % (15).

À ce moment, un éventuel déficit en vitamines antioxydantes risque de précipiter cet amoindrissement des défenses. Dans ce cas, les études révèlent que les suppléments de vitamines renforcent l'immunité du sportif et sa santé. 

Les bénéfices d'une supplémentation vitaminique chez un sportif se manifestent donc également sur sa santé. Par exemple, des coureurs s'entraînant 7,5 heures par semaine ont reçu une supplémentation de vitamines C et E durant un mois. L'apport total en vitamine C a été porté à 277 mg contre 162 mg dans le groupe placebo. Pour la vitamine E, le groupe sous antioxydants avait un apport de 60 mg contre 15 mg pour le placebo.
Le principal effet des antioxydants a été d'élever les concentrations de vitamine E et C dans les neutrophiles (cellules immunitaires). Ces résultats expliquent comment les vitamines antioxydantes soutiennent le système immunitaire dont l'efficacité est parfois chancelante après un effort (16). En renforçant les défenses antioxydantes des sportifs, la complémentation en vitamine protège l'intégrité physique des athlètes (17).

Chez des sportifs d'endurance, la prise quotidienne de 152 mg de vitamine C + 50 mg de vitamine E pendant un mois protège les cellules immunitaires, qui normalement sont détruites par les radicaux libres générés pendant l’effort (18). 

Impact hormonal des vitamines

Il n'y a pas que les radicaux libres qui sont source de catabolisme, il y a aussi le cortisol. Cette hormone possède une double action négative sur nos muscles. Dans un premier temps, le cortisol accélère le catabolisme des protéines. Dans un deuxième temps, il empêche nos muscles de récupérer et de grossir (action anti-anabolisante). Comme un malheur n'arrive jamais seul, le cortisol provoque aussi la chute du taux de testostérone.

Plus nous nous entraînons intensément, plus notre niveau de cortisol va grimper. Il est donc important pour un sportif qui désire progresser rapidement de lutter contre la hausse de cette hormone. Une étude montre que chez des bodybuilders qui s'entraînent intensément, la prise quotidienne de vitamine C réduit grandement la hausse de cortisol tout en favorisant celle de la testostérone (19-20). 

Chez des sportifs d'endurance, la prise de vitamine C avant une course atténue de 30 % la hausse de cortisol pendant l'effort (21). La prise de vitamine D est quant à elle associée à une augmentation de la sécrétion de testostérone et une diminution de celle de myostatine (une hormone qui empêche de prendre du muscle) (22-23-24). 

Effort physique facilité

Plusieurs études ont montré une amélioration des performances sportives grâce à une supplémentation à base de cocktails de vitamines. Une cure de huit semaines de vitamines chez des hommes pratiquant la musculation permet d'atténuer la chute de la force entre les séries et de diminuer le sentiment de fatigue qui suit la séance (25-26).

Quatre semaines de supplémentation en vitamine D chez des sportifs permettent d'augmenter la force des cuisses de 5 kg contre 2 kg sous placebo (27). Les analyses statistiques montrent que la progression est toujours plus rapide avec un niveau de vitamine D élevé plutôt que moyen (28). Chez des escrimeurs de haut niveau, 70 % des sujets souffraient de déficit de vitamines du groupe B (29). Une supplémentation multivitaminée a permis d'accroître leurs performances de 3 %. La prise régulière d'un supplément vitaminique est associée à une plus grande résistance à la fatigue durant un effort chez des cyclistes (30).

La prise d'un complexe multivitaminé facilite l'effort physique après trois semaines d'utilisation comme le montre une étude récente (31). Le rythme cardiaque nécessaire afin de soutenir un effort correspondant à 65 % de la Vo2 max était de 139 pulsations minute avant la supplémentation contre 131 après. Pour soutenir un effort de 85 % de la Vo2 max, 167 pulsations minute étaient nécessaires avant la supplémentation contre 160 après.

Vitamines et récupération

Il n'y a pas que la performance qui compte pour le sportif. La phase de récupération entre deux entraînements est aussi cruciale pour la progression sur le long terme. Nous avons vu (plus haut) quelques-uns des mécanismes physiologiques qui expliquent comment les vitamines nous aident à récupérer plus vite. Voici quelques effets concrets des vitamines sur la récupération, extraits de la littérature médicale.

Un groupe de coureurs bien entraînés a reçu une supplémentation en vitamines B, C et E pendant 21 jours avant une épreuve (32). Vingt-quatre heures après cette course à pied, la récupération musculaire est meilleure grâce aux vitamines. Par contre, le groupe placebo aura besoin de 24 heures supplémentaires pour récupérer. Les recherches ont également montré que l'apport de vitamines antioxydantes comme les vitamines A et E après un effort physique intense est également très important pour la récupération musculaire (33). En trois semaines, la prise de vitamines augmente les gains de force (+ 9,7 % contre 6,3 % sous placebo) grâce à une accélération de la récupération entre deux entraînements (34).

Lutte contre les crampes

Qui ne s'est pas déjà réveillé brusquement la nuit du fait d'une douleur intense causée par une crampe ?
Bien que les causes des crampes soient encore ignorées, c'est le lot de tous les sportifs qui s'entraînent intensément. Une étude montre que chez des personnes souffrant régulièrement de crampes nocturnes, la prise orale d'un complexe de vitamines du groupe B (B-1 : thiamine, B-6 : pyridoxine, B-12 : cobalamine et riboflavine) réduisait fortement l'incidence de ces crampes.

Le taux de succès de la prise du complexe vitaminique atteint 86 % alors qu'il est nul lorsque les mêmes sujets reçoivent un placebo inactif (35). Les vitamines B ont réduit à la fois la fréquence, la durée et l'intensité des crampes. Contrairement aux traitements médicamenteux anti-crampes classiques, aucun effet secondaire n'a pu être mis en évidence.

Vitamines, santé et longévité

Les statistiques médicales montrent que sur le long terme, la prise régulière de vitamines augmente la longévité des utilisateurs de manière significative en réduisant l'incidence des maladies (36-37-38-39). Il est important de mesurer l'impact des suppléments, ici des vitamines, sur la longévité, car il s'agit d'une bonne mesure d'évaluation d'effets secondaires potentiels. En effet, un supplément qui augmente l'espérance de vie le fait en améliorant la santé des utilisateurs, et non pas en la dégradant, ce qui témoigne de l'absence d'effet néfaste.

Les mécanismes protecteurs des vitamines sur la santé commencent seulement à être découverts ; les micronutriments agissent directement comme garant de l'intégrité de notre ADN par l'intermédiaire des télomères. Durant plus de 10 années, des hommes ont reçu quotidiennement soit une supplémentation en vitamines, soit un placebo. Par rapport à ce dernier, la prise du multivitamines réduit les risques de développer un cancer de 8 % (65).

Vitamines et régime

De manière sous-jacente, notre apport en vitamines contrôle également le pourcentage de graisse.
C'est ce qu'illustrent plusieurs études scientifiques. Ainsi, chez des sédentaires qui consomment régulièrement des vitamines sous forme de suppléments, le métabolisme de base est de 4 % plus énergivore que chez les non-utilisateurs. Ceci explique que les personnes qui prennent régulièrement des vitamines soient plus sèches que les autres avec, en moyenne, 4 kg de graisse en moins (52).

Cet avantage de la supplémentation se retrouve également au régime. La prise de vitamines permet un meilleur maintien du métabolisme de base, prévenant son classique effondrement lors d'une restriction énergétique (53). Cela se traduit par une perte de graisse plus importante lors d'un régime de 26 semaines effectué avec une supplémentation multivitaminée, par rapport à un placebo (54). Les recherches menées individuellement sur chaque vitamine révèlent en grande partie la manière dont les vitamines agissent pour réguler notre poids sur le long terme. En cela, certaines vitamines sont plus efficaces que d'autres. 

C'est le cas de la vitamine D. Chez des femmes, une supplémentation de 12 semaines en vitamine D engendre une perte de graisse de 2,7 kg contre 500 g seulement pour un placebo (55). De même, lors d'un régime, plus l’apport en vitamine D est élevé, plus la perte de graisse sera conséquente (56). 
Si tous les mécanismes d'action de la vitamine D restent à élucider, cette vitamine joue un rôle dans l'augmentation du métabolisme de base ainsi que dans l'oxydation des graisses (57-58).

Le surpoids est associé à une augmentation des risques cardio-vasculaires. Paradoxalement, si sur le long terme, la perte de graisse est une bonne chose, le régime lui-même n'est pas sans danger pour le cœur. En effet, une restriction calorique tend à élever les concentrations plasmatiques d'homocystéine (un marqueur des risques d'accident cardio-vasculaires). La simple prise de trois vitamines (vitamine B9 ou acide folique, vitamine B12 et vitamine B6) durant le régime permet d'éviter cette hausse.

Conclusion : comme, plus on restreint son apport alimentaire, plus on court de risques d'être carencé en micronutriments, une supplémentation en vitamines assure un apport optimal pour la santé, les performances et la perte de graisse.

Dosage Vitamine B9 Nutrimuscle = 100 % d'AJR réglementairement limités à 300 %.
Dosage Vitamine B12 Nutrimuscle = 120 % d'AJR réglementairement limités à 300 %.
Dosage Vitamine B6 Nutrimuscle = 171 % d'AJR réglementairement limités à 300 %.

Références scientifiques

  • (1) Maniam S. Palm tocotrienol exerted better antioxidant activities in bone than alpha-tocopherol. Basic & Clinical Pharmacology & Toxicology, 2008, 103, 55-60
  • (2) Yoshida Y. Chemical reactivities and physical effects in comparison between tocopherols and tocotrienols: Physiological significance and prospects as antioxidants. Journal of Bioscience and Bioengineering, 2007, 104(6):439-445
  • (3) Vasanthi HR.Tocotrienols and its role in cardiovascular health--a lead for drug design. Curr Pharm Des. 2011;17(21):2170-5.
  • (4) Prasad K. Tocotrienols and cardiovascular health. Curr Pharm Des. 2011;17(21):2147-54.
  • (5) Bardhan J. The 21st century form of vitamin E--tocotrienol. Curr Pharm Des. 2011;17(21):2196-205.
  • (6) Weng-Yew W. Nutrapharmacology of tocotrienols for metabolic syndrome. Curr Pharm Des. 2011;17(21):2206-14.
  • (7) Catalgol B. Cellular protection and therapeutic potential of tocotrienols. Curr Pharm Des. 2011;17(21):2215-20.
  • (8) Frank J. Do tocotrienols have potential as neuroprotective dietary factors ? Ageing Res Rev. 2012 Jan;11(1):163-80.
  • (9) Sen CK. Palm oil-derived natural vitamin E alpha-tocotrienol in brain health and disease. J Am Coll Nutr. 2010 Jun;29(3 Suppl):314S-323S.
  • (10) Sylvester PW. Tocotrienol combination therapy results in synergistic anticancer response. Front Biosci. 2011 Jun 1;16:3183-95. Nesaretnam K. Tocotrienols: inflammation and cancer. Ann N Y Acad Sci. 2011 Jul;1229:18-22.
  • (11) Sylvester PW. The value of tocotrienols in the prevention and treatment of cancer. J Am Coll Nutr. 2010 Jun;29(3 Suppl):324S-333S.
  • (12) Ling MT. Tocotrienol as a potential anticancer agent. Carcinogenesis. 2012 Feb;33(2):233-9.
  • (13) Aggarwal BB. Tocotrienols, the vitamin E of the 21st century: its potential against cancer and other chronic diseases.Biochem Pharmacol. 2010 Dec 1;80(11):1613-31.
  • (14) Patel V. Oral tocotrienols are transported to human tissues and delay the progression of the model for end-stage liver disease score in patients. J Nutr. 2012 Mar;142(3):513-9.
  • Bénéfices des vitamines
  • (1) Pilorin T. Consommation de compléments alimentaires en France : profil des consommateurs et contribution à l’équilibre nutritionnel. Cahiers de Nutrition et de Diététique Volume 47, Issue 3, June 2012, Pages 147–155.
  • (2) Zimmermann MB. Vitamin ans mineral supplementation and exercise performance. Schweizerische zeitschrift fûr sportmedezin und sporttraumatologie. 2003. 51 (1), 53-57.
  • (3) FINAUD J. Résultats d une enquête alimentaire réalisée chez des joueurs de rugby français de haut niveau. Cahiers de nutrition et de diététique. 2003, vol. 38, no4, pp. 234-241
  • (4) Groussard C. Évaluation de l apport en vitamines antioxydantes chez des sportifs. Sci. Sports, 19 (2004), pp. 193–195.
  • (5) Machefer G. Apports et statut en vitamines antioxydantes chez des athlètes d endurance. Science & Sports Volume 21, Issue 2, April 2006, Pages 107–109
  • (6) Sato A. Dietary thiamin and riboflavin intake and blood thiamin and riboflavin concentrations in college swimmers undergoing intensive training.Int J Sport Nutr Exerc Metab. 2011 Jun;21(3):195-204.
  • (7) Watson TA. Antioxidant restricted diet increases oxidative stress during acute exhaustive exercise. Asia Pac J Clin Nutr. 2003;12 Suppl:S9.
  • (8) Powers SK. Dietary antioxidants and exercise. J Sports Sci. 2004 Jan;22(1):81-94.
  • (9) Watson TA. Antioxidant restriction and oxidative stress in short-duration exhaustive exercise. Med Sci Sports Exerc. 2005 Jan;37(1):63-71.
  • (10) Anuradha-CV. Exercise, depletion of antioxidants and antioxidant manipulation. Cell Biochem Function. 1998. 16. p: 269.
  • (11) Tauler P. Diet supplementation with vitamin E, vitamin C and beta-carotene cocktail enhances basal neutrophil antioxidant enzymes in athletes. Pflugers Arch. 2002 Mar;443(5-6):791-7.
  • (12) Sen CK. Antioxidants in exercise nutrition. Sports Med. 2001;31(13):891-908.
  • (13) Cavas L. Effects of vitamin-mineral supplementation on cardiac marker and radical scavenging enzymes, and MDA levels in young swimmers. Int J Sport Nutr Exerc Metab. 2004 Apr;14(2):133-46.
  • (14) Sacheck JM. (2002). Vitamin E reduces muscle damage and biomarkers of oxidative stress after exercise. Am J Clin Nutr. 75. p: 409S.
  • (15) Navalta JW. Exercise Intensity and Lymphocyte Subset Apoptosis. Int J Sports Med 2012 10 [Epub ahead of print].
  • (16) Gleeson M. Nutritional strategies to minimise exercise-induced immunosuppression in athletes.Can J Appl Physiol. 2001;26 Suppl:S-23-35.
  • (17) Naziroglu M. Oral vitamin C and E combination modulates blood lipid peroxidation and antioxidant vitamin levels in maximal exercising basketball players. Cell Biochem Funct. 2010 Jun;28(4):300-5.
  • (18) Sureda A.Vitamins C and E diet Supplementation Prevents Neutrophil Protein Oxidation without Affecting the Adaptative Response to Exercise. International Journal of Sport Nutrition and Exercise Metabolism 2012 Aug 14; [Epub ahead of print].
  • (19) Beam-WC. The effect of chronic ascorbic acid supplementation on strength following isotonic strength training. Med Sci Sports Exerc. 1998. 30. p: S219.
  • (20) Johnson-RL. Effects of ascorbic acid on serum cortisol and the testosterone: cortisol ratio in junior elite weightlifters. J Strength Cond Res. 1998. 12. p: 179.
  • (21) Peters EM. Attenuation of increase in circulating cortisol and enhancement of the acute phase protein response in vitamin C-supplemented ultramarathoners. Int J Sports Med. 2001 Feb;22(2):120-6.
  • (22) Pilz S. Effect of vitamin D supplementation on testosterone levels in men. Horm Metab Res. 2011 Mar;43(3):223-5.
  • (23) Nimptsch K. Association between plasma 25-OH vitamin D and testosterone levels in men. Clin Endocrinol (Oxf). 2012 Jul;77(1):106-12.
  • (24) Garcia LA. 1,25(OH)2Vitamin D3 Stimulates Myogenic Differentiation by Inhibiting Cell Proliferation and Modulating the Expression of Promyogenic Growth Factors and Myostatin in C2C12 Skeletal Muscle Cells. Endocrinology August 1, 2011 vol. 152 no. 8 2976-2986
  • (25) Fry AC. Anaerobic Performance Effects of A Liquid Multivitamin Supplement on. Journal of Strength & Conditioning Research. 2005 19(4):e15.
  • (26) Fry AC. Effect of A Liquid Multivitamin/Mineral Supplement on Anaerobic Exercise Performance. Research in Sports Medicine: An International Journal. 2006. Volume 14, Issue 1, p:53-64.
  • (27) Hodgson AB. The Effects of 4 Weeks Vitamin D3 Supplementation on Athletic Performance Medicine & Science in Sports & Exercise. 2012 44(5S): 950
  • (28) Grimaldi, AS. 25(OH) Vitamin D is Associated with Greater Muscle Strength in Healthy Men and Women. Medicine & Science in Sports & Exercise: POST ACCEPTANCE, 14 August 2012
  • (29) Dam BV. Vitamins and sport. Br J sports Med. 1978. 12(2) : 74-9.
  • (30) Louis J. Vitamin and mineral supplementation effect on muscular activity and cycling efficiency in master athletes. Appl Physiol Nutr Metab. 2010 Jun;35(3):251-60.
  • (31) Ryan, GA. Effects of Multivitamin Supplementation on Heart Rate Response in Aerobically Untrained College Aged Students. Medicine & Science in Sports & Exercise. 43(5):852, May 2011.
  • (32) Gauche E. Vitamin and mineral supplementation and neuromuscular recovery after a running race. Med Sci Sports Exerc. 2006 Dec;38(12):2110-7.
  • (33) Neubauer O. Antioxidant responses to an acute ultra-endurance exercise: impact on DNA stability and indications for an increased need for nutritive antioxidants in the early recovery phase. Br J Nutr. 2010 Oct;104(8):1129-38.
  • (34) Louis L. Influence d’une supplémentation en vitamines sur performance musculaire maximale au cours d’un programme d’entraînement en force chez des athlètes masters. Science & Sports 2010 vol. 25, no. 5, pp. 253-259.
  • (35) Chan-P. Randomized, double-blind, placebo-controlled study of the safety and efficacy of vitamin B complex in the treatment of nocturnal leg cramps in elderly patients with hypertension. J Clin Pharmacol. 1998. 38: p. 1151.
  • (36) Qiao YL. Total and cancer mortality after supplementation with vitamins and minerals: follow-up of the Linxian General Population Nutrition Intervention Trial. J Natl Cancer Inst. 2009 Apr 1;101(7):507-18.
  • (37) Muntwyler J. Vitamin supplement use in a low-risk population of US male physicians and subsequent cardiovascular mortality. Arch Intern Med. 2002 Jul 8;162(13):1472-6.
  • (38) Li JY. Nutrition intervention trials in Linxian, China: multiple vitamin/mineral supplementation, cancer incidence, and disease-specific mortality among adults with esophageal dysplasia. J Natl Cancer Inst. 1993 Sep 15;85(18):1492-8.
  • (39) Qun X. Multivitamin use and telomere length in women. Am J Clin Nutr 2009;89:1857–63.
  • (40) Pérez-López FR. Vitamin D, sunlight and longevity. Minerva Endocrinol. 2011 Sep;36(3):257-66.
  • (41) Skaaby T. Vitamin D status and incident cardiovascular disease and all-cause mortality: a general population study. Endocrine. 2012 Sep 27. [Epub ahead of print]
  • (42) Cheng TY. Serum 25-hydroxyvitamin D, vitamin A, and lung cancer mortality in the US population: a potential nutrient-nutrient interaction. Cancer Causes Control. 2012 Sep;23(9):1557-65.
  • (43) Dobnig H. Independent association of low serum 25-hydroxyvitamin d and 1,25-dihydroxyvitamin d levels with all-cause and cardiovascular mortality. Arch Intern Med. 2008 Jun 23;168(12):1340-9.
  • (44) Autier P. Vitamin D supplementation and total mortality: a meta-analysis of randomized controlled trials. Arch Intern Med. 2007 Sep 10;167(16):1730-7.
  • (45) Dietrich M. Does gamma-tocopherol play a role in the primary prevention of heart disease and cancer? A review. J Am Coll Nutr. 2006 Aug;25(4):292-9.
  • (46) Alkhenizan A.The role of vitamin E in the prevention of cancer: a meta-analysis of randomized controlled trials. Ann Saudi Med. 2007 Nov-Dec;27(6):409-14.
  • (47) Miller ER 3rd. Meta-analysis: high-dosage vitamin E supplementation may increase all-cause mortality. Ann Intern Med. 2005 Jan 4;142(1):37-46.
  • (48) Chin SF. Reduction of DNA damage in older healthy adults by Tri E Tocotrienol supplementation. Nutrition. 2008 Jan;24(1):1-10.
  • (49) Sasazuki S. Effect of vitamin C on common cold: randomized controlled trial. Eur J Clin Nutr. 2006 Jan;60(1):9-17
  • (50) Gomes EC. Effect of vitamin supplementation on lung injury and running performance in a hot, humid, and ozone-polluted environment. Scand J Med Sci Sports. 2011 Dec;21(6):e452-60.
  • (51) Constantini NW. The effect of vitamin C on upper respiratory infections in adolescent swimmers: a randomized trial. Eur J Pediatr. 2011 Jan;170(1):59-63.
  • (52) Nachtigal MC. Dietary Supplements and Weight Control in a Middle-Age Population. The Journal of Alternative and Complementary Medicine. October 2005, 11(5): 909-915.
  • (53) Major GC. Multivitamin and dietary supplements, body weight and appetite: results from a cross-sectional and a randomised double-blind placebo-controlled study. British Journal of Nutrition 2008 99 (05) / May pp 1157-1167.
  • (54) Li Y. Effects of multivitamin and mineral supplementation on adiposity, energy expenditure and lipid profiles in obese Chinese women. International Journal of Obesity (2010) 34, 1070–1077
  • (55) Salehpour A. A 12-week double-blind randomized clinical trial of vitamin D3 supplementation on body fat mass in healthy overweight and obese women. Nutrition Journal 2012, 11:78
  • (56) Shahar DR. Dairy calcium intake, serum vitamin D, and successful weight loss. Am J Clin Nutr November 2010 vol. 92 no. 5 1017-1022
  • (57) Soares MJ. Mechanistic roles for calcium and vitamin D in the regulation of body weight. Obes Rev. 2012 Jul;13(7):592-605.
  • (58) Forney L. Vitamin D Status, Adiposity and Performance Measures in College-Aged Students. Medicine & Science in Sports & Exercise. 2012 44(5S): 951.
  • (59) García OP. Zinc, vitamin A, and vitamin C status are associated with leptin concentrations and obesity in Mexican women: results from a cross-sectional study. Nutr Metab (Lond). 2012 Jun 15;9(1):59.
  • (60) Isermann B. Alpha-Tocopherol induces leptin expression in healthy individuals and in vitro.Diabetes Care. 1999 Jul;22(7):1227-8.
  • (61) Johnston CS. Strategies for Healthy Weight Loss: From Vitamin C to the Glycemic Response.J Am Coll Nutr June 2005 vol. 24 no. 3 158-165
  • (62) Johnston CS. Vitamin C depletion is associated with alterations in blood histamine and plasma free carnitine in adults. J Am Coll Nutr. 1996 Dec;15(6):586-91.
  • (63) Earnest CP. Complementary effects of multivitamin and omega-3 fatty acid supplementation on indices of cardiovascular health in individuals with elevated homocysteine. Int J Vitam Nutr Res. 2012 Feb;82(1):41-52.
  • (64) Filaire E. Effects of 6 weeks of n-3 fatty acids and antioxidant mixture on lipid peroxidation at rest and postexercise. Eur J Appl Physiol. 2011 Aug;111(8):1829-39.
  • (65) Gaziano JM. Multivitamins in the Prevention of Cancer in Men. The Physicians' Health Study II Randomized Controlled Trial. JAMA. 2012;():1-10
  • (66) Ferland G. The discovery of vitamin K and its clinical applications. Ann Nutr Metab. 2012;61(3):213-8.
  • (67) Theuwissen E. The role of vitamin K in soft-tissue calcification. Adv Nutr. 2012 Mar 1;3(2):166-73.
  • (68) Shea MK. Vitamin K status and vascular calcification: evidence from observational and clinical studies. Adv Nutr. 2012 Mar 1;3(2):158-65.
  • (69) Falcone TD. Vitamin K: fracture prevention and beyond. PM R. 2011 Jun;3(6 Suppl 1):S82-7.
  • (70) Ferland G. Vitamin K and the nervous system: an overview of its actions. Adv Nutr. 2012 Mar 1;3(2):204-12.
  • (71) Vermeer C. Vitamin K, osteoporosis and degenerative diseases of ageing. Menopause Int. 2011 Mar;17(1):19-23.
  • (72) Leemans L. [Does 5-methyltetrahydrofolate offer any advantage over folic acid?]. J Pharm Belg. 2012 Dec;(4):16-22.
  • (73) Araújo JR. Folates and aging: Role in mild cognitive impairment, dementia and depression. Ageing Res Rev. 2015 May 2;22:9-19.
  • (74) Molina-López J. Effect of folic acid supplementation on homocysteine concentration and association with training in handball players. J Int Soc Sports Nutr. 2013 Feb 21;10(1):10.
  • (75) Woolf K. B-vitamins and exercise: does exercise alter requirements? Int J Sport Nutr Exerc Metab. 2006 Oct;16(5):453-84
  • (76) Taylor TN. Potential reduction in neural tube defects associated with use of Metafolin-fortified oral contraceptives in the United States. Am J Obstet Gynecol. 2011 Nov;205(5):460.e1-8.
  • (77) Pietrzik K. Folic acid and L-5-methyltetrahydrofolate: comparison of clinical pharmacokinetics and pharmacodynamics. Clin Pharmacokinet. 2010 Aug;49(8):535-48.
  • (78) Seremak-Mrozikiewicz A. [The significance of folate metabolism in complications of pregnant women]. Ginekol Pol. 2013 May;84(5):377-84.
  • (79) Henning P. Retinoid receptors in bone and their role in bone remodeling. Front Endocrinol (Lausanne). 2015 Mar 11;6:31.
  • (80) Sorg O. Topical retinoids in skin ageing: a focused update with reference to sun-induced epidermal vitamin A deficiency. Dermatology. 2014;228(4):314-25.
  • (81) Doldo E. Vitamin A, Cancer Treatment and Prevention: The New Role of Cellular Retinol Binding Proteins. Biomed Res Int. 2015;2015:624627.
  • (82) Żychowska M. Vitamin C, A and E supplementation decreases the expression of HSPA1A and HSPB1 genes in the leukocytes of young polish figure skaters during a 10-day training camp. J Int Soc Sports Nutr. 2015 Feb 11;12:9.
  • (83) Rakhmanov RS. [Vitamin and mineral status of oarsmen during the training-competition cycles]. Vopr Pitan. 2013;82(4):76-81.
  • (84) Beketova NA. [Vitamin-antioxidant sufficiency of winter sports athletes]. Vopr Pitan. 2013;82(6):49-57.

Certificats et études

Études

Transparence et
traçabilité
Produit offert
dès 50€ d'achat
Matières
100% Pures
Livraison
gratuite